Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
A la découverte du rhum

Le rhum et moi, mes dégustations, mes impressions.

Faire vieillir son rhum part VIII - Batch 2

Publié le 4 Juin 2017 par Guillaume Crégut dans Projet

Faire vieillir son rhum part VIII - Batch 2

Bonjour,

voici maintenant  trois mois et demi que le Neisson mature sagement dans le fût.
C'est donc l'occasion de faire un petit prélèvement afin de se donner une idée de l'évolution.

Vous pouvez voir, sur la photo, la couleur commence déjà a dorer.

Le bois commence a se faire sentir, mais c'est léger et pas prenant. La finition armagnac est présente, et la force des 55° du distillat de Neisson est fort présent.
Ma fois, cela prend une belle tournure, c'est pas encore pour maintenant, mais c'est prometteur !

commentaires

Liquorne - The Spirit explorer

Publié le 14 Mai 2017 par Guillaume Crégut dans Autour du rhum

Liquorne - The Spirit explorer

Bonjour,

Une fois n'est pas coutume, je souhaiterais vous faire connaitre le projet Liquorne, un projet que je trouve ambitieux dans le monde du spiritueux globalement, et donc, de ce fait dans le monde du rhum aussi.
C'est pourquoi j'ai effectué un petit interview du concepteur, interview que je vous retranscris ici.

Bonjour,
peux tu te présenter rapidement ?

 
Bonjour, tout d'abord je tiens à te remercier pour avoir répondu à mon appel et d'avoir pris sur ton temps pour monter cette interview.
Je m'appelle Jean-Daniel Terrentroy, j'ai 34 ans et je suis né à l'île de La Réunion. J'ai quitté mon île il y a 16 ans pour venir suivre mes études d'ingénieur sur Paris et ensuite y travailler.
 
Quel est ta relation avec le rhum ?
 
Venant de La Réunion, vous vous doutez bien de la relation que je peux avoir avec le rhum, d'autant plus que je suis né dans la ville de Saint-André, là où est implantée la distillerie de Bois-Rouge et où se font les rhums Savanna que je connais très bien! Mais je ne suis pas seulement un adepte des rhums de La Réunion (Savanna, Rivière du mât,...), mais aussi des rhums qui se font ailleurs (Les Antilles, Cuba, Amérique du Sud, Madagascar, île Maurice, en Asie, en Inde, etc, et même sur Paris (je pense à la distillerie de Paris)).
Il y a tellement de belles choses à découvrir, à déguster, à aimer et à détester!
Explique nous ton projet :
 
Je n'ai pas une très bonne mémoire: J'ai goûté à énormément de rhums, et à d'autres spiritueux, j'ai expérimenté plusieurs bars à cocktails, j'ai assisté à de nombreux workshops. Mais toutes ces informations restaient dans ma tête ou se perdaient sur des fiches que je tenais.
Une mémoire n'étant pas infaillible, j'avais tendance à ne plus me souvenir.
D’où l'idée t'est elle venue ? Quel est son but ?
 
L'idée de Liquorne est venue de ce constat simple: Garder en mémoire ses bons et mauvais souvenirs, ses notes de dégustations, et pouvoir les partager.
Son but est de pouvoir sauvegarder des avis fiables et sûrs d'une communauté, de les partager et ainsi d'aider, toutes les personnes qui auront l'application, dans leur choix d'un spiritueux. Cette aide permettra à son utilisateur de ne plus se tromper, de ne plus être déçu par une bouteille qu'il aura achetée.
Comment la vois tu dans l'avenir ?
 
Je la vois comme une application indispensable pour tout un chacun, qu'on soit néophyte ou un expert. Je réfléchis actuellement à plusieurs fonctionnalités inédites, qui ne seront pas dans la première version de l'application, mais qui arriveront très vite après celle-ci.
L'innovation sera au coeur du projet Liquorne, car l'ambition de cette application est de démystifier le monde du spiritueux et de faire profiter à plus grand nombre toutes les belles choses qui sont font aux quatre coins du monde.
Que peut on faire pour t'aider ?
 
J'ai mis en place un sondage pour m'aider à cerner vos habitudes de consommation et d'achats dans le secteur des spiritueux. Ce questionnaire me permettra de me positionner correctement sur le marché, de faire ressortir des fonctionnalités inédites et attendues. C'est ainsi que je pourrais vous proposer une application complète, forte et surtout utile dès sa première version.
Voici les liens:
 
Où, et surtout quand la trouver ?
 
La version finale et officielle de l'application sera disponible sur les stores Android et IPhone d'ici septembre 2018, je l'espère fortement. 
Un prototype est en cours de développement: Si vous voulez être parmi les premiers à utiliser l'application et être ainsi les béta-testeurs, vous trouverez ci-après un mail de contact.
 
contact (at) liquorne (point) com
 
Merci beaucoup pour le soutien que vous apporterez.

Je vous donc de prendre 5 minutes pour aider notre ami en répondant à son questionnaire, qui lui permettra de nous faire un logiciel tel qu'on peut l'espérer.

N'hésitez pas non plus a commenter, je transmettrais directement à l'intéressé.

 

commentaires

Bally 2002

Publié le 8 Mai 2017 par Guillaume Crégut dans Dégustation

Bally 2002

Le rhum, son histoire.

La distillerie, en elle même, n'est plus fumante. Bien que le nom fasse partie des plus ancienne distilleries, basée au Carbet, le rhum est maintenant produit dans les distilleries de la marque St James à Ste Marie.

70cl
43°

Dégustation.

Couleur :  Ambre. Peu de jambes, et assez filantes 

 

Nez : D'abord sur le pain grillé (se rapprochant un peu du  café moka), la vanille, voir les fruits secs, vient ensuite les fruits exotiques confits (principalement mangue), la banane. une pointe de de cannelle, et une légère dose de raisin.
 

 

Bouche : La première chose que l'on ressent, c'est que l'alcool est bien intégré. On y retrouve un boisé subtil, teinté de vanille, un peu de poivre et de muscade, puis un bouquet de fruits exotiques, toujours dominé par la mangue, une pointe légère de fruits rouges. en fin, une certaine amertume, rappelant soit les noyaux, soit la réglisse.

 

Finale : Sèche, un peu boisée, on y retrouve ce pain grillé, la mangue compotée pour finir sur l'amertume de la réglisse. Elle est assez longue.

Conclusion.

Un rhum qui a besoin de vraiment s'aérer pour laisser exprimer ce qu'il contient.

Léger et agréable, sans être le rhum des grand jour, il se laisse déguster sans difficulté.

Un petit plaisir à peu de prix, autant ne pas s'en priver.

 

commentaires

Rhum fest 2017

Publié le 24 Avril 2017 par Guillaume Crégut dans Autour du rhum

Rhum fest 2017

Et voilà, la page vient juste de se refermer sur l'une des manifestations autour du rhum les plus attendues chaque année par les amateurs.

Que dire donc sur cette cuvée 2017.
Et bien, en premier lieu, par rapport à l'année dernière, une bien meilleure organisation, notamment en ce qui concerne l'entrée. L'absence du carré VIP n'est vraiment à regretter.
Moins de monde aussi, facilitant ainsi un accès plus facile aux stands.
Ayant, cette année put profiter de 2 jours pour en faire le tour, je trouve que c'est le minimum pour vraiment faire une découverte.
 

Tout d'abord, j'évoquerais que ce genre de manifestation permet de connaitre, ou revoir des amis et de faire de nouvelles connaissances.

Le rhum ayant un coté social, ce fut donc un plaisir de retrouvé les têtes connues, et d'en découvrir d'autre, que l'on a bien sur hâte de revoir un jour.
Je ne citerais personne, de peur de frustrer ceux que j'aurais oublié, mais sachez tous qu'en leur compagnie, j'ai passé un très bon week-end.

Cela permet aussi de discuter avec les producteurs, d'apprendre un peu plus sur leur savoir faire, et les impressions qu'ils veulent faire passer à travers leurs produits.

Bon, entrons dans le vif du sujet.

Tout d'abord, avec notre amie à tous, Cat, de chez rhum Toucan, toujours aussi sympathique et à la bonne humeur communicative. Ce fut un plaisir de la revoir.

Rhum fest 2017

On y retrouve toute sa collection de rhum Toucan, le blanc (dont j'ai parlé dans un précédent billet), le boco, rhum délicatement épicé, et le vanilliane tout en rondeur sur la vanille, un petit bonbon.

Elle nous emmène avec plaisir et et douceur en plein coeur de la Guyane.

Cat, nous présentant son Blanc et le vanillianeCat, nous présentant son Blanc et le vanilliane

Cat, nous présentant son Blanc et le vanilliane

Passons à Neisson, avec leur surprenant "profil 105", un ESB qui surprend vraiment, car travaillé tout en finesse. Personnellement, j'ai été positivement bluffé par cette nouveauté.

Neisson connait son métier, et cela se voit une fois de plus.

Profil 105, et le stand Neisson avec Alex Bobby, maitre de chais Neisson et homme d'art !Profil 105, et le stand Neisson avec Alex Bobby, maitre de chais Neisson et homme d'art !

Profil 105, et le stand Neisson avec Alex Bobby, maitre de chais Neisson et homme d'art !

Toujours en Martinique, un petit tour par les nouveaux "A1710". Je dois franchement dire que ce n'est pas ma tasse de thé (euh non, rhum). Hormis la nuée ardente, qui sort un peu du lot, je n'ai pas trouvé de plaisir dans leur produits.

Un petit tour du coté de la montagne pelée, à la découverte du Depaz 2003, vieillit en fût de chêne français, au boisé subtil et qui m'a bien plus.

Continuons sur l'incontournable HSE, avec le ragtime, un rhum à cocktail, léger, fruité et légèrement boisé, et surtout la nouvelle "finition du monde", vieillit  en fûts de Marquis de Terme, vin rouge bordelais. Ce rhum a une tonalité sur les fruits rouge, qui, je pense le marierait bien avec un dessert aux fruits rouge, façon charlotte aux fraises ou framboises. Un vrai délice.
3 Rivières nous a proposé son nouveau ambré finiton whisky single malt. On ressent la tonalité donnée par le fût, mais je ne suis pas vraiment emballé par ce rhum (et pourtant, j'apprécie aussi le whisky). Il manque un peu de corps.
Ils nous présentait aussi le 2006 (déjà présent l'année dernière), qui lui est une petite pépite bien agréable.

Pas de nouveauté chez JM, mais toujours la présence de leur blanc Macouba, une merveille de fraicheur, de fleurs et de canne.

petit tour aussi chez les héritiers Madkaud, avec leur blanc et leur VSOP qui méritent vraiment d'être bien plus connu, car les produits valent vraiment le coup.

 

En sortant de la Martinique, rendons nous maintenant sur leur ile voisine, la Guadeloupe, d'abord chez Bologne, où, pour le moment, rien de bien nouveau, mais qui, il semblerait, prépare d'autres rhums à venir, plus élaborés. On attend avec impatience.

Ensuite, passage obligé chez François Longueteau.

Rhum fest 2017

Deux exclusivité, en blanc.

Tout d'abord, le parcellaire N°4, canne bleue, très proche du parcellaire 1, partageant sa touche iodée. Vivement sa sortie, je la conseille vraiment.

Ensuite, le génésis, un brut de colonne, titrant 73.51 degrés, vieillit et maturé pendant 2 ans en cuve inox. FAN TAS TIQUE !!
Floral, riche, un alcool tellement intégré que l'on ne sent pas son haut titrage, frais... Avec le génésis, l'Esprit de Neisson n'a qu'à bien se tenir...:)

On sent l'amour que met Longueteau dans l'élaboration de ses produits.

Et toujours son XO aussi fabuleux.

Direction Haïti, avec Barbancourt, où, la non plus, pas de nouveauté, mais je soulignerais particulièrement l'intérêt du 15 ans d'age, plus équilibré et complexe que ses prédécesseurs.

Rhum fest 2017

Quittons le monde de l'agricole, avec New Grove, rhum Mauricien, avec leur gamme Double Cask, bien plaisants et dans une tonalité assez proches de certains agricole.

Dans le brutal, façon tontons flingueurs, il y a le Foursyth, de chez Velier. Attention 75.5°... Ca va tabasser !!!
Hé bah non ! Aussi surprenant soit il, avec sont parfum typiquement jamaïcain, passe tout en douceur, ne laissant que des sensations sauvages, suaves, mais absolument pas brutales.
Je le redis, surprenant !!

Passons à un créneau qui, je l'avoue, est plus le fort de Mme que le mien, mais à tout seigneur, tout honneur, le rhum arrangé vu et fait par Cédric Brément, les fameux Ti Ced.

Une sacré nouveauté, le fraise 2 basilic, vieillit en fut de pineau... Un parfait équilibre entre le sucré, l'acidulé très délicat de la fraise, la fraicheur du basilic, et le poivré subtil du basilic thai.(thai d'ailleurs ?? Ma mémoire fait défaut sur ce point !!)

Voulant trouvé une chaussure encore plus à mon gout, j'ai tenté avec l'acidulé Carambole/Passion, qui vraiment m'a beaucoup plus aussi... Que veut t'on, j'adore l'acidulé, et encore plus la passion (le fruit, mais aussi la passion du rhum :) )

 

Et pour finir ce long laïus, une dégustation "linéaire" des productions St James, animée par Mr Stephen Martin, fort intéressante et agréable, autant dans les produits que dans sa manière de les présenter. Coup de coeur pour le 15 ans, et pour L'essentiel.

Stephen Martin, Yann Burrell

Stephen Martin, Yann Burrell

Voilà, comment résumé 2 jours riches, en faisant une synthèse claire et concise ?
J'espère que cela vous donnera l'envie de partager, en 2018, cette merveilleuse aventure qu'est le rhum fest.

Un grand merci à Cyrille Hugon pour son implication et l'organisation de cette manifestation.

commentaires

Faire vieillir son rhum part VII - Batch 2

Publié le 26 Février 2017 par Guillaume Crégut dans Projet

Faire vieillir son rhum part VII - Batch 2

Vous l'attendiez tous, hé bien la voilà.

La suite des nos aventures sur le vieillissement personnel de rhum.

Alors que le Batch I vieillit tranquillement avec son J. Daniels (et que les supermarchés du coin sont en rupture avec la Belle Cabresse), il est temps de s'occuper du Batch 2.

Faire vieillir son rhum part VII - Batch 2

Alors, que c'est il passé ces 4 derniers mois ?

Et bien, comme je souhaitais conserver l'armagnac, on a surveillé tranquillement le vieillissement, et toutes les semaines, le fût était "retourné" (en fait, secoué, jej peux pas faire mieux :D ). tous les mois, à partir du deuxième, je prélevais une infime quantité afin de voir où en était le travail.

Voici donc une comparaison entre l'original (à droite) et celui qui a vieillit dans le fût.

Faire vieillir son rhum part VII - Batch 2

Au niveau de la couleur peu de changement.
Par contre, la différence est bien plus flagrante au niveau du nez et de la bouche, où le boisé prend une certaine importance.
J'ai préféré le laisser discret, d'où les 4 mois seulement de fût.

En ce qui concerne la part des anges, je suis assez surpris, car il me manque environ 20cl.

Pourtant, aucune fuite détectée, température de 15-10° durant ces 4 mois, et mon prélèvement est vraiment subtil (moins de 1cl a chaque fois, et ce 3 ou fois).
Bref, le bois devait encore avoir soif !!

 

Faire vieillir son rhum part VII - Batch 2

Maintenant, on va remplir avec le divin nectar, et attendre.
Pas de pronostic, je ne sais pas quand je soutirerais le rhum, car c'est lui, et lui seul qui décidera (enfin, c'est moi, mais suivant son avance ;) )

 

Faire vieillir son rhum part VII - Batch 2

Nous voici donc parti pour quelques mois encore, a attendre...
Finalement, cela fait près de 11 mois que l'aventure a commencée, mais ça passe assez vite.

commentaires

Depaz XO Grande réserve

Publié le 15 Décembre 2016 par Guillaume Crégut dans Dégustation

Depaz XO

Depaz XO

Le rhum, son histoire.

la distillerie, située au pied de la montagne pelée, en Martinique. Détruite en 1902 par l'éruption, c'est la seule distillerie qui fut reconstruite.C'est aussi une des rares distillerie à faire vieillir son rhum dès le début des années 20.

75cl, 45°.

Dégustation.

Couleur :  Doré ambre, assez fluide, nombreuses jambes assez lentes. 

 

Nez : D'abord boisé, viennent ensuite les fruits à coque, suivi d'un subtil mélange de fruits confits (pomme), puis banane, et ensuite une légère charge d'épices (vanille, pointe de cardamome), une impression de café latté. Le nez est puissant, demandant à s'aérer un certain temps, sec mais gourmand.
 

 

Bouche : Boisée, grasse, fruits compotés, de la banane, poivre et girofle,  avec une certaine amertume.

 

Finale : Sèche, boisée, puis ensuite les fruits secs, très longue avec une certaine amertume, et en toute fin, le tabac blond et la canne.

Conclusion.

Un rhum boisé, sec et agréable. L'alcool est bien intégré mais très présent.

commentaires

Faire vieillir son rhum part VI - Batch 1

Publié le 5 Novembre 2016 par Guillaume Crégut dans Projet

fut avec bouteilles de Jack Daniels

fut avec bouteilles de Jack Daniels

Bonjour,

nous revoici pour la suite des évènements sur le Batch 1.

Ce que je dois dire, c'est déjà que le fait d'avoir ôter la paraffine n'a absolument pas changer l'étanchéité du fût, qui n'a pas manifesté la moindre fuite.

Je vais quand même revenir sur ce point précis qu'est la paraffine.
J'ai vidé mon fût n°2 avant le n°1 pour des raisons de disponibilités d'alcool. Celui-ci avait 2 mois (à 10 jours près) de moins que le batch 1, et si l'on compte les 3 semaines qui séparent les opérations sur le Batch 1 et 2, on a donc au total 3 mois de différence entre les 2 fûts.

Si vous vous rappelez la couleur du vin sortie du batch 2, on a bien eu un échange entre le fût et le liquide (c'était proprement imbuvable).
Là, avec le batch 1, on est pas du tout dans le même registre.

Voici une photo comparant les avant/après :

verres avant/après

verres avant/après

On peut constater que la différence de couleur est vraiment dans la nuance, quasi imperceptible.
Et le muscat était buvable (pour ceux qui aiment), et la touche du fût était aussi dans la nuance niveau nez et bouche.

J'en conclue donc ce qui suit :

Si vous souhaitez faire vieillir tranquillement, sans surveiller tous les 15 jours ou tous les mois, alors prenez un fût paraffiné. On peut, je pense pousser à 1 an voir  1 et 1/2 ou 2 ans sans beaucoup brusquer le produit.

Par contre, si l'on souhaite voir évoluer rapidement, et en profondeur, on peut vraiment oublier ce traitement et choisir impérativement un fût nature.
 

Sur ces constatations, je vais donc laisser mon Jack Daniel's vieillir tranquillement au moins un an (pfiou c'est vraiment looooooooooooooooooong) afin d'obtenir :

1/ Un Whisky vieillit maison : Clin d'oeil, je l'appellerais cuvée Lemmy.

2/ Un meilleur échange avec le bois, afin d'avoir une restitution dans le rhum à venir.

to be continued...

 

commentaires

Faire vieillir son rhum part V - Batch 2

Publié le 16 Octobre 2016 par Guillaume Crégut dans Projet

Bonjour,

comme promis, on se retrouve 6 mois après (a 6 jours près... et presque par hasard en plus), pour la suite de notre aventure.
Voici le liquide obtenu. On constate qu'il est largement foncé que le vin d'origine.

verre de vin

On va donc procéder à la vidange du fut.

petit nettoyage de surface extérieur, car il séjourne dans ma cave, donc pas forcément de meilleure propreté.

Ensuite, remplissage avec de l'armagnac, et on repart pour 6 mois.

Après, le rhum choisi sera certainement du Neisson !

 

commentaires

Un site pour les passionnés de rhum.

Publié le 22 Septembre 2016 par Guillaume Crégut dans Autour du rhum

Bonjour,

aujourd'hui je ne vais pas vous parler directement de rhum, mais d'un nouveau site créé récemment et qui parle de rhum.

Il a été créé par des passionnés, pour des passionnés.

Ce site regroupe un blog, un forum, et une page facebook.

D'autre part, il se veut le relais de communication de la plupart des rhum club de France (occitanie, Nantes Atlantique, Normandie,Provence et bien d'autres) et d'ailleurs, d'ailleurs.

L'adresse pour ce site ?

La voici :

http://www.rhumclubfrance.fr/

Nous serons tous heureux de vous y voir, et pouvoir vous renseigner si besoin.

commentaires

Whisper Antigua Gold Rum

Publié le 17 Juillet 2016 par Guillaume Crégut dans Dégustation

Rhum Whisper

Rhum Whisper

Le rhum, son histoire.

Le rhum Whisper est élaboré sur l'ile d'Antigua, par deux francais installé sur place.
C'est un rhum de tradition anglaise, issu de l'assemblage de rhum ayant vieilli au minimum deux ans en fut de chêne.
La maturation est effectuée dans d'ancien fûts de Bourbon.
C'est une marque de rhum récente.

Dégustation.

Couleur :  Doré léger, de nombreuses jambes filantes. 

 

Nez : De premier abord, on est sur les fruits secs (amandes), le raisin. Le nez est léger mais gourmand. Vient ensuite le boisé, légèrement fumé, puis les épices (muscade, cannelle, vanille), le tabac blond et fleur d'hibiscus.

 

Bouche : Complexe, sur le boisé, sur la vanille, la cannelle, bien intégrés. On distingue des notes de fruits compotés (pomme), de tabac blond, de poivre et de raisin. un léger fumé, et une pointe de réglisse.

 

Finale : Tout d'abord une légère amertume pas si désagréable, rappelant la réglisse, suivit par les épices douces (cannelle, vanille). Cela se poursuit sur le fumé pour finir avec des notes de tabac.

Conclusion.

Un rhum agréable, léger, mais bien équilibré.

Bien que ma préférence aille aux rhums agricole principalement, celui ci est vraiment agréable et interessant.

Il peut être servi sec, mais aussi en cocktail.

Un petit rhum agréable les chauds soir d'été.

commentaires
1 2 3 4 5 > >>