Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A la découverte du rhum

Le rhum et moi, mes dégustations, mes impressions.

Rhum fest 2017

Publié le 24 Avril 2017 par Guillaume Crégut in Autour du rhum

Rhum fest 2017

Et voilà, la page vient juste de se refermer sur l'une des manifestations autour du rhum les plus attendues chaque année par les amateurs.

Que dire donc sur cette cuvée 2017.
Et bien, en premier lieu, par rapport à l'année dernière, une bien meilleure organisation, notamment en ce qui concerne l'entrée. L'absence du carré VIP n'est vraiment à regretter.
Moins de monde aussi, facilitant ainsi un accès plus facile aux stands.
Ayant, cette année put profiter de 2 jours pour en faire le tour, je trouve que c'est le minimum pour vraiment faire une découverte.
 

Tout d'abord, j'évoquerais que ce genre de manifestation permet de connaitre, ou revoir des amis et de faire de nouvelles connaissances.

Le rhum ayant un coté social, ce fut donc un plaisir de retrouvé les têtes connues, et d'en découvrir d'autre, que l'on a bien sur hâte de revoir un jour.
Je ne citerais personne, de peur de frustrer ceux que j'aurais oublié, mais sachez tous qu'en leur compagnie, j'ai passé un très bon week-end.

Cela permet aussi de discuter avec les producteurs, d'apprendre un peu plus sur leur savoir faire, et les impressions qu'ils veulent faire passer à travers leurs produits.

Bon, entrons dans le vif du sujet.

Tout d'abord, avec notre amie à tous, Cat, de chez rhum Toucan, toujours aussi sympathique et à la bonne humeur communicative. Ce fut un plaisir de la revoir.

Rhum fest 2017

On y retrouve toute sa collection de rhum Toucan, le blanc (dont j'ai parlé dans un précédent billet), le boco, rhum délicatement épicé, et le vanilliane tout en rondeur sur la vanille, un petit bonbon.

Elle nous emmène avec plaisir et et douceur en plein coeur de la Guyane.

Cat, nous présentant son Blanc et le vanillianeCat, nous présentant son Blanc et le vanilliane

Cat, nous présentant son Blanc et le vanilliane

Passons à Neisson, avec leur surprenant "profil 105", un ESB qui surprend vraiment, car travaillé tout en finesse. Personnellement, j'ai été positivement bluffé par cette nouveauté.

Neisson connait son métier, et cela se voit une fois de plus.

Profil 105, et le stand Neisson avec Alex Bobby, maitre de chais Neisson et homme d'art !Profil 105, et le stand Neisson avec Alex Bobby, maitre de chais Neisson et homme d'art !

Profil 105, et le stand Neisson avec Alex Bobby, maitre de chais Neisson et homme d'art !

Toujours en Martinique, un petit tour par les nouveaux "A1710". Je dois franchement dire que ce n'est pas ma tasse de thé (euh non, rhum). Hormis la nuée ardente, qui sort un peu du lot, je n'ai pas trouvé de plaisir dans leur produits.

Un petit tour du coté de la montagne pelée, à la découverte du Depaz 2003, vieillit en fût de chêne français, au boisé subtil et qui m'a bien plus.

Continuons sur l'incontournable HSE, avec le ragtime, un rhum à cocktail, léger, fruité et légèrement boisé, et surtout la nouvelle "finition du monde", vieillit  en fûts de Marquis de Terme, vin rouge bordelais. Ce rhum a une tonalité sur les fruits rouge, qui, je pense le marierait bien avec un dessert aux fruits rouge, façon charlotte aux fraises ou framboises. Un vrai délice.
3 Rivières nous a proposé son nouveau ambré finiton whisky single malt. On ressent la tonalité donnée par le fût, mais je ne suis pas vraiment emballé par ce rhum (et pourtant, j'apprécie aussi le whisky). Il manque un peu de corps.
Ils nous présentait aussi le 2006 (déjà présent l'année dernière), qui lui est une petite pépite bien agréable.

Pas de nouveauté chez JM, mais toujours la présence de leur blanc Macouba, une merveille de fraicheur, de fleurs et de canne.

petit tour aussi chez les héritiers Madkaud, avec leur blanc et leur VSOP qui méritent vraiment d'être bien plus connu, car les produits valent vraiment le coup.

 

En sortant de la Martinique, rendons nous maintenant sur leur ile voisine, la Guadeloupe, d'abord chez Bologne, où, pour le moment, rien de bien nouveau, mais qui, il semblerait, prépare d'autres rhums à venir, plus élaborés. On attend avec impatience.

Ensuite, passage obligé chez François Longueteau.

Rhum fest 2017

Deux exclusivité, en blanc.

Tout d'abord, le parcellaire N°4, canne bleue, très proche du parcellaire 1, partageant sa touche iodée. Vivement sa sortie, je la conseille vraiment.

Ensuite, le génésis, un brut de colonne, titrant 73.51 degrés, vieillit et maturé pendant 2 ans en cuve inox. FAN TAS TIQUE !!
Floral, riche, un alcool tellement intégré que l'on ne sent pas son haut titrage, frais... Avec le génésis, l'Esprit de Neisson n'a qu'à bien se tenir...:)

On sent l'amour que met Longueteau dans l'élaboration de ses produits.

Et toujours son XO aussi fabuleux.

Direction Haïti, avec Barbancourt, où, la non plus, pas de nouveauté, mais je soulignerais particulièrement l'intérêt du 15 ans d'age, plus équilibré et complexe que ses prédécesseurs.

Rhum fest 2017

Quittons le monde de l'agricole, avec New Grove, rhum Mauricien, avec leur gamme Double Cask, bien plaisants et dans une tonalité assez proches de certains agricole.

Dans le brutal, façon tontons flingueurs, il y a le Foursyth, de chez Velier. Attention 75.5°... Ca va tabasser !!!
Hé bah non ! Aussi surprenant soit il, avec sont parfum typiquement jamaïcain, passe tout en douceur, ne laissant que des sensations sauvages, suaves, mais absolument pas brutales.
Je le redis, surprenant !!

Passons à un créneau qui, je l'avoue, est plus le fort de Mme que le mien, mais à tout seigneur, tout honneur, le rhum arrangé vu et fait par Cédric Brément, les fameux Ti Ced.

Une sacré nouveauté, le fraise 2 basilic, vieillit en fut de pineau... Un parfait équilibre entre le sucré, l'acidulé très délicat de la fraise, la fraicheur du basilic, et le poivré subtil du basilic thai.(thai d'ailleurs ?? Ma mémoire fait défaut sur ce point !!)

Voulant trouvé une chaussure encore plus à mon gout, j'ai tenté avec l'acidulé Carambole/Passion, qui vraiment m'a beaucoup plus aussi... Que veut t'on, j'adore l'acidulé, et encore plus la passion (le fruit, mais aussi la passion du rhum :) )

 

Et pour finir ce long laïus, une dégustation "linéaire" des productions St James, animée par Mr Stephen Martin, fort intéressante et agréable, autant dans les produits que dans sa manière de les présenter. Coup de coeur pour le 15 ans, et pour L'essentiel.

Stephen Martin, Yann Burrell

Stephen Martin, Yann Burrell

Voilà, comment résumé 2 jours riches, en faisant une synthèse claire et concise ?
J'espère que cela vous donnera l'envie de partager, en 2018, cette merveilleuse aventure qu'est le rhum fest.

Un grand merci à Cyrille Hugon pour son implication et l'organisation de cette manifestation.

Commenter cet article